ELECTION AU CROUS : VICTOIRE HISTORIQUE DE L'UNEF !

Publié le par UNEF-PARIS 8

Elections aux CROUS : VICTOIR EHISTORIQUE DE L'UNEF !
 
L’UNEF remporte 44% des suffrages aux élections aux CROUS

L’UNEF se félicite des résultats des 4 élections des représentants étudiants aux Conseils d’administration des CROUS qui se sont déroulées dans les académies de Dijon (jeudi 23 novembre), Lyon (mardi 28 novembre), Versailles (jeudi 7 décembre) et Paris (mardi 12 décembre).

La participation a nettement progressé passant de 4.4% en mars 2006 à 7.1% aujourd’hui.

> L’UNEF remporte 43.82% des suffrages (+27 points)

L’UNEF connaît une progression sans précédent en remportant 14 des 28 sièges étudiants renouvelés à l’occasion de ces élections, soit une augmentation de 9 élus : 2 à Dijon (+1), 2 à Lyon (+1), 5 à Versailles (+3) et 5 à Paris (+4).
Le choix des étudiants est sans appel : sur les 35 927 suffrages exprimés dans les 4 académies, l’UNEF sort du scrutin en position de force avec 16 396 voix, soit 43.82% des suffrages (contre 15.93% en mars), et une progression de 475% par rapport à mars 2006.
La hausse de la participation des étudiants a largement profité à l’UNEF qui remporte 85% des suffrages exprimés supplémentaires, ce qui constitue une victoire incontestable.

> Les étudiants donnent raison à l’UNEF contre le gouvernement

Le renouvellement des élus étudiants des CROUS de 4 académies fait suite à l’annulation des scrutins de mars 2006 par les tribunaux administratifs.

En votant massivement pour l’UNEF, les étudiants ont fait le choix de sanctionner le gouvernement et de se doter d’élus offensifs portant des propositions claires : pour la mise en place d’une Allocation d’Autonomie universelle et individualisée, pour l’accélération des constructions de logements CROUS conformément au Plan Anciaux de 2004, pour le renforcement du service public des CROUS et pour l’égalité des droits entre étudiants français et étrangers.

Tous les étudiants ont en mémoire le maintien forcé du scrutin de mars 2006, contre l’avis de l’ensemble de la communauté universitaire, et alors que plus de 60 établissements universitaires connaissaient un mouvement de grève sans précédent. Une très forte majorité d’entre eux était occupée, empêchant tout déroulement démocratique du scrutin.
Le gouvernement avait fait le choix politique de maintenir les élections dans le seul but de déstabiliser l’UNEF et de porter un coup d’arrêt à la mobilisation des jeunes contre le CPE. Contre toutes les règles du dialogue social, le gouvernement s’était doté de ses propres interlocuteurs étudiants, donnant à certaines organisations étudiantes un niveau artificiel de représentativité qu’elles n’ont pas. L’UNEF s’interroge sur la cohérence de la représentation nationale des étudiants au CNOUS : près de 4 mois après la publication de l’arrêté de nomination des 8 élus étudiants nationaux, l’attribution de 2 sièges à l’UNEF est en décalage avec le vote des étudiants. L’UNEF attend la décision du tribunal administratif de Paris devant lequel elle a engagé une procédure contre l’arrêté du ministre.

Des 8 CROUS annulés, 4 ont été renouvelé et l’UNEF sort en tête du scrutin loin devant les listes concurrentes. Les étudiants ne s’y sont pas trompés : en votant massivement pour les listes de l’UNEF ils rappellent au gouvernement qu’au lieu de choisir ses interlocuteurs en manipulant des élections, il ferait mieux de s’attaquer enfin à la situation de précarité qui s’aggrave chez les étudiants.

L’UNEF est en attente de nouvelles élections dans 6 autres académies dont les scrutins ont été annulés : Rennes, Clermont, Poitiers, Montpellier, Nancy-Metz et Toulouse. Des audiences à venir sont prévues dans les académies de Nice (19 décembre) et Grenoble (15 décembre) tandis que pour Strasbourg le délibéré devrait intervenir dans les prochains jours.
Dans les 6 dernières académies, les dates d’audience n’ont pas encore été fixées : Aix-Marseille, Bordeaux, Créteil, Nantes, Orléans et Limoges.

Publié dans Actualité de l'UNEF

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article